Boa Vista : un Sahara au milieu de l’océan.

 

Mercredi 28 mai : Nous quittons Palmeira vers 10h00 : cap au 175° ! Les conditions sont idylliques : soleil, chaleur et vent de nord-est d’environ 15 nœuds. Tass avale rapidement les 40 miles (74 km) pour aller jusqu’à Sal Rei, la capitale de Boa Vista.

Le paysage que nous découvrons en cet fin d’après-midi est assez différent de celui de Sal. Boa Vista est également une île à faible relief (Sal culmine à 405m et Boa Vista 387m). Mais ce qui la rend si particulière, ce sont ses longues dunes de sable qui s’étendent sur une grande partie de son littoral. L’harmonie des douces pentes de sable blanc tombant dans une mer turquoise se décline à perte de vue !

Lire la suite


Escale au Cap Vert , le charme métissé du « petit pays » de Césaria.

Avec beaucoup de retard, maintenant que nous sommes arrivés de l’autre côté de l’Atlantique et que nous nous alanguissons dans les eaux chaudes et cristallines de la Caraïbe, nous allons enfin essayer de raconter cette envoûtante escale que nous avons faite au Cap Vert.

Lire la suite


Bonne Année avec un « petit peu de retard »…

Oups on est déjà le 17 février, le temps passe décidément trop vite ! Pardon pour ce petit décalage antillais ! Nous vous souhaitons une merveilleuse année 2015, pleine de belles surprises, d’aventures étonnantes, de rencontres surprenantes et de bonheur à plein tube !

Pour se faire pardonner on vous offre un condensé de nos plus beaux moments pendant nos 17 jours et demi de transat, du bonheur à l’état brut, qu’on vous racontera bientôt !

………

 


SODADE…

Difficile de reprendre la plume. Par où commencer pour raconter les six mois qui se sont écoulés depuis notre arrivée au Cap Vert. Comment raconter les moments de bonheur intense que nous avons partagés, mais aussi les douleurs et les épreuves que la vie nous a réservées pendant cette même période. Les accents harmonieux de la Sodade de Césaria Evora résonnent dans nos tête. Sodade, Sodade, cette belle complainte douce-amer qui raconte la nostalgie du pays, chante aussi la mélancolie de nos cœurs.

Mon indolence n’est pas la seule responsable de l’absence de nouvelles sur ce blog depuis déjà plusieurs mois. Ce que nous redoutions le plus au cours de ce voyage, sans jamais nous l’être avoué, est malheureusement arrivé. Fin août, la maman de Jérémie est décédée. Pour la plus effroyable des raisons, nous avons laissé Tass au mouillage au Cap Vert et sommes rentrés en France. Impossible de décrire le profond bouleversement que peut provoquer une disparition si soudaine. Notre bonheur insouciant a volé en éclat en quelques secondes. Après un mois et demi passé en France, auprès de nos proches, nous avons décidé de reprendre le voyage. Le cœur lourd et encore abasourdis, nous avons repris l’avion le 9 octobre pour retrouver Tass qui nous attendait à Palmeira / SAL.

Ces lignes s’écrivent la gorge serrée et les yeux humides, mais nous gardons le sourire aux lèvres et la rage de vivre. Cet événement tragique a changé le regard que nous portons sur la vie : joie et tristesse s’entremêlent, et nous réalisons à quel point tout ce nous vivons d’intense a de précieux. Notre retour à bord nous donne l’impression d’être un nouveau départ. Un nouveau départ pour notre voyage, mais peut être aussi un nouveau départ dans la vie.

Aujourd’hui nous quittons le Cap Vert : cap sur Trinidad et Tobago, au sud de l’archipel antillais. Cette traversée de 2100 miles (3890 km) me laissera le temps de vous préparer un article et des photos sur notre longue escale au Cap Vert. Une magnifique escale qui mérite d’être racontée en détails !

A bientôt !!


CASAMANCE – CAP VERT : LE BONHEUR VERSION GRAND LARGE

Dernière navigation fluviale

Notre dernière déconvenue administrative nous a mis en retard. Pour descendre le fleuve et quitter la Casamance, il est impératif d’attendre la marée descente. Certains bateaux n’ont pas cette contrainte, mais notre petit moteur ne peut pas étaler le courant de la marée montante. La matinée de palabres dans le bureau des douanes nous fait rater le train du « flot descendant » qui nous aurait permis de rejoindre les portes de l’océan dans l’après-midi. Lire la suite


Bots, El Hombre Orquestra !

 

Bots, l’homme orchestre…on l’a rencontré un soir, avant notre départ, sur le quai de Garrucha, autant dire au milieu de nulle part. Il est venu frapper à notre bateau, un verre en poussant un autre, on a fini par se retrouver à Gibraltar et aux Canaries, vraiment par hasard !

Bots voyage seul sur son voilier accompagné de ses instruments. Multi-instrumentiste ou plutôt homme orchestre, il vient tout juste d’enregistrer un opus aux Canaries et c’est vraiment top ! A écouter, et  acheter sans modération… et surtout, surtout à voir en live !!


CASAMANCE : BALADE SUR LE FLEUVE ET SES BOLONGS

Deux mois et demi au Sénégal, c’est long à résumer… car après notre immersion dans le village de Djilapao, nous avons mis cap sur la rive sud du fleuve. Lire la suite


DJILAPAO : IMMERSION EN PAYS DIOLA

Nous sommes bien content de quitter le mouillage de Ziguinchor  : certains jours, nous avions l’impression de camper sur le terre plein de l’autoroute. En début et fin de campagne de pêche, les grosses pirogues montent ou descendent le fleuve ; manœuvrent pour se mettre au quai de l’ancien-bac afin de préparer leur marée. Connaissant les diverses histoires de collisions plus ou moins graves entre pirogues et voiliers, nous tendions un peu le dos de voir notre bateau au milieu de tout ce trafic.

Lire la suite


LE KIOSQUE DE PIECES DETACHEES MOADO MALICK FAYE, un professionnel à votre écoute !

Le Meilleur Garage de Ziguinchor

Maodo Malick FAYE, la garantie de pièces sans failles !

Depuis plus de 5 ans, Maodo Malick FAYE vous propose une sélection de pièces détachées, neuve et « venant ».

Disques d’embrayage ; courroies ; ampoules ; plaquettes de frein ; filtres carburant et huile ; colle ; silicone ; graisse ; huile ; joints ; bougies ; fusibles ; radiateur…

Maodo Malick FAYE distribue des pièces toutes marques et tous modèles. Commande de pièces possible.

Maodo Malick FAYE, un professionnel à votre écoute qui saura vous conseiller sur les meilleurs produits et répondre à votre demande.


CONTACT :

Maodo Malick FAYE : Garage Ibrahim DIOP – Route du Cap Skiring – Quartier Boucotte Sindia – Ziguinchor – Casamance – SENEGAL

Tel : (+221) 77 433 93 43

View original post


ZIGUINCHOR

Lundi 24 mars : Début de semaine en fanfare, l’administration sénégalaise nous lance un nouveau défi. Pour quitter Dakar, nous avons dû faire une déclaration au bureau du port comme quoi nous quittions la Baie de Hann pour aller en Casamance. La charmante secrétaire, à l’amabilité bien camouflée, s’est empressée de tamponner nos passeports sans nous donner plus d’explications : sortie de territoire ! Pourquoi ? On ne sait pas mais nous devons « re-rentrer » au Sénégal en faisant tamponner nos passeports. L’épreuve commence ici : trouver qui est l’autorité compétente pour mettre un malheureux coup de tampon sur nos documents de voyage ? Nous passons tout d’abord au bureau des douanes : pas eux ! Puis, on monte à l’étage dans le bureau du commandant du port de commerce : pas lui non plus, mais il faut quand même se signaler à lui quand on arrive en Casamance. Au moins, ça c’est fait !

Lire la suite


Nouvelle de dernière minute !!! ON A ENFIN PECHE !!!!

On est tellement content… ce n’était pas une malédiction, on est capable de ramener du poisson et de belle taille en plus !! A la pesée, découpé, juste la chair : 10kg de thazard ! Identifié comme étant de la famille des thazards bâtards ou peut être moucheté… un délice en tartare, rillettes, mi-cuit mariné et autre ! Le bel animal s’est laissé prendre hier soir, sans trop de résistance, alors que nous remontions de Boa Vista vers Sal (Cap Vert).

Forcément, ça fait beaucoup à manger pour 2 estomacs, on en demandait pas tant ! Du coup, ce matin, nous avons fait des heureux à Palmeira. Espérons que ce soit le premier d’une longue série. Merci à Mat pour le super leurre !!

Lire la suite

DAKAR – CASAMANCE : SOUS SPI OUI OUI OUI !!!!!

Vendredi 21 mars, enfin le départ pour la Casamance ! A 8h, le moteur pétarade. Relever le mouillage ne sera pas une sinécure. Heureusement, nous avons deux matelots supplémentaires pour nous aider à la manœuvre. La pollution génère des tonnes d’algues qui viennent s’enrouler autour de notre mouillage. A chaque mètre remonté à bord, c’est une guirlande d’algues que l’on doit nettoyer. Après une demi-heure de nettoyage intensif, nous pouvons envoyer les voiles et commencer notre sortie, semée d’embûches, de la Baie de Hann. Des filets de surface dérivants nous barrent la route, et les pêcheurs machiavéliques tentent de nous envoyer droit dedans, espérant ainsi obtenir une compensation financière pour les éventuels dommages à leur matériel déjà troué de partout. Nous échapperons de justesse à cet odieux stratagème.

Lire la suite


DAKAR : ESCALE ADMINISTRATIVE ET TECHNIQUE

Depuis peu, Dakar est un passage obligé quand on arrive en voilier au Sénégal. C’est une escale que nous faisons sans grand enthousiasme, tant nous préférons le calme des petites localités. Mais l’État sénégalais ne nous laisse pas le choix, car pour faire les formalités d’entrée sur le territoire, désormais, seule la capitale a compétence dans le domaine. Après une bonne nuit de sommeil, nous attaquons l’épreuve de patience : la régularisation de notre présence sur le sol sénégalais. Si vous êtes fâchés avec l’administration française, alors ne venez pas vous frottez au système administratif sénégalais, qui vous donnera milles raisons supplémentaires d’avoir envie de hurler et de secouer votre interlocuteur (verbalement…quoi que).

Lire la suite


LA GOMERA – DAKAR / SENEGAL : migration vers l’Afrique !

Un mois de silence sur ce blog, et pour cause, nous avons changé de continent. Nous sommes désormais en Afrique, fini le luxe des marinas avec sanitaires et machine à laver et les bars avec un accès wifi. Nous sommes bel et bien déconnectés. Le Sénégal : notre premier dépaysement intégral depuis notre départ.
Lire la suite


LA GOMERA, LE DOUX PARFUM D’UN JARDIN D’EDEN

Nous remettons un peu d’ordre dans le bateau avant de partir à la découverte de l’île où les hommes parlent comme les oiseaux. La Gomera était initialement la seule escale que nous devions faire aux Canaries. Depuis plusieurs mois, le nom de cette île résonnait dans nos têtes. Lire la suite


FUERTEVENTURA – LA GOMERA : LE BIZUTAGE D’EOLE

Mardi 11 février – 8h00 : Nous quittons le port de Corralejo – Cap sur la Gomera. Encore un départ sous le soleil, 10-15 nœuds de vent de Nord/Nord/Est : les conditions sont idéales ! Lire la suite


FUERTEVENTURA – LA GRACIOSA : FAIRE TOMBER LES CLICHES SUR LES ILES FORTUNEES

Nous abordons les Canaries un peu frileusement, ce n’est pas la température qui nous refroidit ici, mais les a priori que nous avons sur ces îles que nous pensions être envahies, et ravagées par le tourisme de masse. 12 millions de touristes par an, rapporté aux 2 millions d’habitants, ça a de quoi donner le vertige. L’Europe vient toute l’année se dorer la pilule sur les 7 îles qui composent l’archipel des Canaries : 7 500km² d’un territoire aux reliefs sculptés par l’activité volcanique, comptant 40% d’espaces protégés.
Lire la suite


PORTIMÃO – LANZAROTTE – FUERTEVENTURA : des surfs à 20 nœuds, qui dit mieux ??

Mercredi 22 janvier – 9h00 : Nous sommes prêts à quitter le Vieux Continent – Cap sur les Canaries. Le moteur pétarade gaiement pendant une heure, le temps de trouver un peu de vent pour  envoyer les voiles. Encore une fois, c’est un départ sous le soleil et un ciel bleu azur. Lire la suite


PORTIMÃO, la découverte des trésors de l’Algarve

Les caprices de la météo nous ont permis de profiter plus longtemps que prévu de notre escale au Portugal. Arrivés le 9 janvier, nous ne repartirons que le 22, après un faux départ le 14 janvier. Lire la suite


GIBRALTAR – PORTIMAO : PLEIN GAZ !!!!

Mercredi 8 janvier : réveil avant le levé du soleil pour un départ qui devait être matinal. Mais cette capricieuse de « bourrique » en a décidé autrement : grève ou grasse matinée… le moteur ne veut rien savoir, il faut à nouveau démonter le démarreur (Ce que nous avions déjà fait 2 jours auparavant). On démonte, on nettoie, on remonte et à 11h00, on enfume nos voisins : le moteur est reparti ! Lire la suite


GIBRALTAR, la quille entre deux mers !

Nous avons passé 8 jours dans la baie de Gibraltar. Le hasard du calendrier associé à l’aléa météo nous ont permis de retrouver des connaissances à la Marina de La Linéa. Lire la suite


BONNE ANNEE 2014 !!!


Almerimar / Gibraltar : on sort toute la garde-robe !

Dimanche 29 décembre – Départ sous le soleil, douce chaleur mais c’est du près dans de la molle. On n’est pas surpris, les fichiers météos nous l’avaient dit. Alors, TASS glisse, légèrement gîté, 20° au dessous de notre route, 5 nœuds dans moins de 10 noeuds de vent. Lire la suite


Almerimar

Nous aurons passé 5 jours à Almerimar. Pas grand chose à dire sur ce port artificiel andalous. C’est une très grande marina, qui peut accueillir plus de 1 100 bateaux, mais qui se trouve être à moitié vide. Les ensembles immobiliers qui bordent le port sont eux complètement déserts. Le commerce n’y est pas vraiment florissant ; les rez-de-chaussée des immeubles, prévus pour accueillir des boutiques, sont murés. Lire la suite


Le bonheur est dans le près !

LUNDI 23 DECEMBRE 2013 : LE VOYAGE DE TASS COMMENCE !!!

C’est par une belle matinée ensoleillée qu’est arrivée la plus belle des surprises que nous n’attendions plus : la lettre de pavillon belge de TASS. Un bout de papier qui n’en mène pas large (même pas une petite dorure) mais qui, malgré tout, nous retenait à Garrucha. Lire la suite


Garrucha, c’est où, c’est quoi ?

Garrucha, on n’y vient pas trop par hasard quand on est français. En revanche, si on est anglais ou allemand, on a sûrement un peu de famille qui traîne dans le quartier ! Nous avons atterri à Garrucha car nous y avons acheté le bateau. 

Lire la suite


«PETIT BATEAU, PETITS PROBLEMES» MAIS PROBLEMES QUAND MÊME !

Papa Alpha Roméo Tango India Roméo : P.A.R.T.I.R !!!!!

Partir de Garrucha, ce n’est pas aussi facile et rapide que ce que nous avions escompté. Lire la suite


« Je ne suis pas superstitieux, … ça porte malheur » (Hubert Reeves)

Nous n’avons pas choisi le nom de notre bateau. On ne change pas le nom d’un bateau, de la même manière qu’on ne change pas de prénom. Il y a aussi une certaine part de superstition dans cette histoire, car débaptiser un bateau porterait malheur. Pour conjurer le sort, certains préconisent la méthode suivante :

 » Un bateau ami, de quoi boire en assez grande quantité pour tout l’équipage + Neptune, et, facultatif, mais plus prudent : un fusil et 3   cartouches.

On va en mer à la voile et on demande au bateau ami de couper 3 fois le sillage du bateau à débaptiser, le plus près possible de la poupe. Avec le fusil, à chaque croisement, on tirera une cartouche dans le sillage pour bien  tuer l’âme du nom précédent. A chaque fois on boit un coup, en n’oubliant jamais  Neptune pour qui on versera à la mer un  verre d’une quantité honnête du breuvage de l’équipage.

Quand la procédure est terminée on rentre au mouillage et on refait le coup du verre.

Si la procédure est respectée, le navire nouvellement baptisé naviguera sans problème notoire. »

Nous avons choisi de garder le nom de TASS : pas de bateau ami dans le coin et pas de fusil, trop dangereux ! Mais on s’est dit qu’on pouvait très bien en faire un acronyme de TASS. Alors, nous vous proposons un petit vote pour la version que vous préférerez et libre à vous de nous faire des propositions !!